Apprenez d’où je viens, vous pourrez mieux me comprendre. L’importance de la psychologie interculturelle dans la pratique clinique en psychologie

3Nous avons une patientèle qui nous ressemble.

Partant de ce postulat, j’ai pu formuler l’hypothèse que mon patronyme a amené vers mon cabinet des personnes imprégnées par le même terreau culturel que le mien et cela me remplit de contentement. Pourquoi ?

Car, grâce à ma singularité (propre à chacun d’entre nous) j’ai pu appréhender les problématiques d’une partie de mes patients d’une façon plus fine et ainsi leur proposer un accompagnement qui ne nie pas une partie de leur individualité.

En effet, la prise en compte du contexte socioculturel des individus est primordiale dans la pratique clinique si nous ne voulons pas tomber dans le piège de l’ethnocentrisme.

Au delà de la connaissance, c’est bien la compréhension et l’intégration des variables socioculturelles et économiques dans nos réflexions cliniques qui permet de regarder autrui dans sa spécificité ; en se décentrant de ses propres représentations.

Sans ces paramètres à l’esprit, nous occultons une partie importante et explicative des représentations et l’impact sur la forme des conflits intrapsychiques de ces personnes. Or, ce choix méthodologique, qui procède par une segmentation de l’homme, une simplification et un isolement des réponses à partir de comportements induits artificiellement en laboratoire, amène à s’orienter vers l’étude d’un individu privé de sa subjectivité et coupé de tout contexte environnemental. (Guerraoui et Reveyrand-Coulon, 2013)

Ces questions sont l’objet d’étude de la psychologie interculturelle. Elle s’intéresse à l’étude de la relation entre les structures socioculturelles et le développement psychologique individuel.

J’ai d’ailleurs le souvenir d’une conversation avec un confrère, d’origine turco-syrienne, a qui un patient avait verbalisé la volonté d’engager un travail thérapeutique avec un praticien qui ait une conceptualisation de la culture de son pays d’origine.

En tant que thérapeute, nous nous devons de développer et entretenir notre capacité à saisir la vie intrapsychique des patients. Dans cette optique, l’ouverture vers la psychologie interculturelle devient une évidence.